Actualités

L’UNFPA Gabon appuie des associations locales pour la célébration de la journée internationale des femmes

12 mars 2019
ASFG

A l’instar de la communauté internationale, le Gabon a célébré la Journée Internationale de la Femme, Edition 2019, sous le thème « Penser équitablement, bâtir intelligemment, innover pour le changement ». La thématique propose de réfléchir aux moyens innovants permettant de faire progresser l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes, notamment dans les domaines suivants : les systèmes de protection sociale, l’accès aux services publics et la construction d’infrastructures durables.

La réalisation des Objectifs de développement durable (ODD) exige des approches novatrices et intégrées, capables de rompre avec le statu quo, notamment lorsqu’il s’agit de la promotion de l’égalité des sexes et de l’autonomisation de toutes les femmes et les filles.

La Journée internationale des femmes est également l’occasion de réfléchir aux moyens d’accélérer le Programme 2030 et favoriser la mise en œuvre effective de ses objectifs, en particulier de l’objectif n.5 (« parvenir à l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles ») et de l’objectif n.4(« assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie »).

Parmi les cibles les plus importantes il s'agit notamment de :

  • Faire en sorte que toutes les filles et tous les garçons suivent d’ici à 2030, sur un pied d’égalité, un cycle complet d’enseignement primaire et secondaire gratuit et de qualité (objectif n.4).
  • Faire en sorte que toutes les filles et tous les garçons aient accès, d’ici à 2030, à des activités de développement et de soins de la petite enfance et à une éducation préscolaire de qualité qui les préparent à suivre un enseignement primaire (objectif n.4).
  • Mettre fin, dans le monde entier, à toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes et des filles (objectif n.5).
  • Éliminer toutes les formes de violence à l’égard des femmes et des filles dans les sphères publique et privée, y compris la traite et l’exploitation sexuelle et autres type d’exploitation (objectif n.5).
  • Éliminer toutes les pratiques préjudiciables, telles que le mariage des enfants, le mariage précoce ou forcé et la mutilation génitale féminine (objectif n.5).

Pour contribuer à l’atteinte de ces objectifs, l’UNFPA Gabon a apporté son appui à des associations locales notamment l’Association des Sages-Femmes du Gabon (ASFG)et le Réseau des Confessions Religieuses et de la Société Civile sur la Santé de la Reproduction (RCRSCSR).

Dans le cadre de la célébration de la journée internationale des femmes, l’ASFG a organisé une campagne de sensibilisation à la périphérie de Libreville, plus précisément à Bikelé. Les thèmes abordés s’articulaient autour de la planification familiale, les grossesses précoces et les maladies sexuellement transmissibles. Il s’agissait d’apporter le maximum d’informations aux élèves et aux femmes présentes. Pour la présidente de l’ASFG, Olga MAVOUNGOU, épouse BOUKOYI la célébration de la journée internationale des femmes est une opportunité pour célébrer les femmes par les femmes et de faire un plaidoyer à l’endroit de leur ordre pour la promotion des droits des femmes. Entre autre perspective, elle espère amplifier la communication autour de cet évènement et y associer davantage d’associations féminines.

Le Révérend Rostand ESSONO ELLA, président du RCRSCSR était l’hote de l’Union Chrétienne des Femmes de l’Eglise Evangelique du Gabon (UCFEEG) lors du séminaire national de cette organisation qui s’est tenu à Moanda dans le sud-est du Gabon du 08 au 10 mars 2019 parallèlement à la célébration de la journée internationale des femmes. Ainsi, le Réverend en a profité pour évoquer les grandes victoiresdans la lutte pour les droits et liberté des femmes mais aussi les obstacles à franchir. Il a également entretenu les femmes sur le thème théologique et biblique du mois selon Hébreux 10/24-25 et Proverbes 30/27, qui place les femmes face à leurs responsabilités dans « l’être et le faire » si elles veulent etre crédibles et atteindre les performances souhaitées, transition toute trouvée pour édifier cet auditoire sur les objectifs de développement durable et qu’il y a une exigence nouvelle ; parvenir à la vision 2030 où aucune femme ne doit etre laissée pour compte et parvenir à l’autonomisation véritable, en réalisant le plein potentiel. Comme opportunités il y a la maison de la femme en construction, la formation de 40 femmes des communautés religieuses en santé de la reproduction avec l’appui de l’UNFPA, les activités generatrices de revenus, etc.