Actualités

PROJET DE LUTTE CONTRE LES GROSSESSES PRECOCES DANS LES PROVINCES DU HAUT OGOOUE ET DU MOYEN OGOOUE

13 octobre 2019
Les équipes techniques des ministères de la santé et de l’éducation en présence du proviseur du Lycée Charles Mefane de Lambaréné

Au Gabon, le pourcentage des premiers rapports sexuels avant 15 ans est de 16,8%. 21,9% des filles de 15 ans et 68% des filles de 18 ans ont déjà eu un premier rapport sexuel non protégé. La fécondité est précoce et élevée de l’ordre de114 ‰. Sur le plan de la maternité, parmi les adolescentes de 15-19 ans, 28 % ont déjà eu une naissance ou sont enceintes pour la première fois, et le pourcentage d’adolescentes ayant eu une première naissance avant 15 ans est de 3 %. En matière de connaissances et d’utilisation des méthodes contraceptives 69,9% des adolescentes n'utilise pas de méthodes contraceptives et ce malgré une connaissance de 96,1% d’au moins une méthode contraceptive dans la même tranche d’âge.

Les besoins non satisfaits en matière de planification familiale chez les 15-19 ans sont de l’ordre de17,2% et la demande totale en planification familiale est de 47,3%. La prévalence du VIH dans la population générale est de 4,1 %.

Dans la population adolescente, on note des disparités entre les sexes et des fléaux tels que les grossesses précoces et non désirées, une faible connaissance en santé sexuelle et reproductive, y compris le VIH, un accès limité à l’offre de service spécifique aux adolescents ; ce qui entrave énormément les perspectives d’avenir des jeunes. Il est essentiel d’accorder une attention particulière aux filles entrant dans l’adolescence : la prise de bonnes décisions pendant cette période peut éviter des conséquences négatives sur la santé et le développement de celles-ci et de la communauté et de la société. Face à ce défi, le gouvernement gabonais à travers les Ministères de l’Education Nationale, de la Santé, s’engage avec l’appui de l’UNFPA et des autres partenaires à mettre en œuvre un projet de lutte contre les grossesses précoces dans les provinces du Haut Ogooué et du Moyen Ogooué pour les deux prochaines années et une éventuelle extension du projet aux autres provinces du pays. Ainsi, le Représentant Résident de l’UNFPA et son équipe, accompagnés des techniciens des ministères de la santé et de l’éducation nationale ont procédé à une visite de terrain dans la province du Moyen-Ogooué pour récolter les données nécessaires pour évaluer la situation actuelle de cette région du Gabon et ainsi orienter les interventions dans le cadre du projet de lutte contre les grossesses précoces. La délégation a été reçue par les hautes autorités politico-administratives de la province parmi lesquelles, Mme Paulette Mengue M’Owono gouverneur de la province du Moyen-Ogooué, M. Jean-Justin Maury, maire de la commune de Lambaréné et Dr. Julien Meyong Bekale, Directeur Régional de Santé (DRS). Les équipes techniques de l’UNFPA et des ministères de la santé et de l’éducation ont par la suite visiter les établissements primaires et secondaires de la province devant à terme disposer de services conviviaux à destinations des adolescents et jeunes en plus des curricula d’éducation complète à la sexualité qui y seront enseignés.

 Les équipes techniques des ministères de la santé et de l’éducation échangeant avec le proviseur du Lycée Adiwa de Lambaréné